Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mon Chemin vers Compostelle
  • Mon Chemin vers Compostelle
  • : la préparation de mon futur pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle mais aussi diverses informations sur la voie Genève - Le Puy (via Gebennensis).
  • Contact

Recherche

Suivez-moi sur...

logo twitter   facebook
 
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 18:28

 

panoramique-saisons2.jpg

Quelle que soit la saison, le Chemin est toujours là, seule sa robe change, rien que pour vos yeux...

 

 

 

 

Repost 0
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 10:23

L'Association Rhône-Alpes des amis de Saint-Jacques - délégation de l’Isère - propose une exposition sur les chemins de Compostelle :

du 25 au 27 janvier 2013
de 10h à 18h
en salle Europe (Hôtel de ville)

 

Programme :

Vendredi 25 janvier à 16h30 : vernissage, commentaire sur le chemin de Compostelle par André Weill

Samedi 26 janvier à 17h : Jean-François Wadier, historien de l’ARA parlera de Vienne et de sa cathédrale

Dimanche 27 janvier : vidéos, livres, photos, témoignages etc.

Entrée gratuite

Affiche-expo-Vienne.jpg

Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 13:30

L'année 2012 vient de se terminer et les statistiques officielles concernant le nombre de pèlerins ayant effectué le pèlerinage jusqu'à Saint-Jacques de Compostelle sont connues. L'occasion pour moi de mettre l'article de l'année dernière à jour avec les nouvelles données à notre disposition.

Ces dernières années un engouement assez net pour ce pèlerinage s'est fait ressentir, avec une affluence accrue lors des années jacquaires (année sainte compostellane), c'est-à-dire chaque fois que le jour de la Saint Jacques tombe un dimanche, ce qui se produit quatre fois tous les 28 ans. La prochaine aura lieu en 2021...

 

Mais combien de pèlerins effectuent réellement le Chemin ? Deux indicateurs m'ont été utiles pour vous concocter les différents tableaux ci-dessous : 

1) -Le bureau des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle publie des statistiques précises sur le nombre de pèlerins qui s'y présentent chaque année.

Je rappelle que pour être reconnu et validé par la délivrance de la compostella le pèlerin doit avoir effectué au moins :

- à pied (ou à cheval) les 100 derniers kilomètres avant Saint-Jacques-de-Compostelle,

- à vélo les 200 derniers kilomètres avant Saint-Jacques-de-Compostelle.

Dans les deux cas ceci est vérifié par l'apposition d'au moins deux tampons par jour sur le carnet du pèlerin sur cette même distance.  

Entre 2005 et 2012 le nombre de pèlerins a plus que doublé. Les statistiques de l'année 2012 nous apprennent que :

Compostelle stats 2012 02 

Pour 2012 une augmentation d'environ 5% de pèlerins se présentant au Bureau des Pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle a été constatée. 

 Compostelle stats 2012 03

 

Enfin la répartition par nationalité. Pour ce tableau je n'ai reporté que les 20 premières données mais vous pourrez consulter l'ensemble de ces statistiques sur le document mis à disposition par le le bureau des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Ces données ne reflètent que les pèlerins qui sont arrivés à Saint Jacques et non pas tous ceux qui se sont arrêtés avant, n'effectuant qu'une partie du Chemin chaque année.

 Compostelle stats 2012 04

2) - Pour mieux comprendre l'ampleur de l'augmentation du nombre de pèlerins sur le Chemin, l'Association des Amis de Saint-Jacques en Pyrénées Atlantiques nous donne les statistiques enregistrées à leur accueil de Saint-Jean-Pied-de-Port :

2010 : 35 698 pèlerins

2011 : 39 675 pèlerins

2012 : 45 409 pèlerins

soit une augmentation de 12 % par rapport à 2011 !. Et encore ces chiffres ne représentent que les pèlerins qui se sont présentés auprès de l'accueil de l'association !  

 

De toutes ces données il ressort que si le nombre de pèlerins par pays est stable, il y a une forte augmentation de pèlerins venant :

- des Etats-Unis (+90%) (le film "The Way" y est certainement pour quelque chose)

- du Royaume-Uni (+53%)

- d'Irlande (+44%)

- de Corée (+43%)

- d'Australie (+39%)

- de Pologne (+27%)

- des Pays-Bas (+26%)

- du Canada (+23%)

- du Portugal (+19%)

 

Nul doute que les pèlerins vont toujours être plus nombreux sur ce chemin des étoiles...et c'est tant mieux !

Repost 0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 16:07
Je viens de mettre en ligne une vidéo-diaporama de mon Chemin de Compostelle sur la via Gebennensis entre Genève et Le Puy-en-Velay.

J'ai parcouru cette partie du chemin (entre Les Abrets et le Puy-en-Velay) durant l'année 2012.

Même si les images ne transmettent pas tous les sentiments j'aimerais vous faire partager les paysages merveilleux que j'ai pu admirer et aussi rendre hommage aux pèlerines et pèlerins croisés à cette occasion.

Pour ceux qui ont déjà parcouru cette partie du Chemin, nul doute qu'ils reconnaîtront certains lieux !
 
 
 
Repost 0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 18:00

Le 22 février 2013, La Poste émet un bloc de 4 timbres illustrant des haltes des pèlerins sur les 4 principaux chemins de Saint-Jacques-de–Compostelle en France. Ce bloc constitue le second volet d’une série qui est déclinée sur 4 ans.

timbres compostelle2

Cette année sont mises à l'honneur :

- Neuvy-Saint-Sépulchre : via Lemovicensis (voie de Limoges ou de Vezelay)

- Aulnay : via Turonensis (voie de Tours)

- Saint-Gilles : via Tolosana (voie de Toulouse ou voie d'Arles)

- Conques  : via Podiensis (voie du Puy)

 

 

Pour rappel voici la planche de l'année dernière qui représentait Paris, Vézelay, Le Puy-en-Velay et Arles :

 Chemins Compostelle BF 2012

 

Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 18:16

Premier article de l'année 2013 et ... premier article depuis déjà pas mal de temps...! Non pas par désinterêt ou parce que j'étais pris par d'autres occupations. Non, simplement à cause d'une aggravation de mon état de santé suite à une mauvaise chute en juillet dernier.

Fin septembre je me croyais pourtant sorti d'affaire, j'avais même repris la marche et reprogrammé mon départ pour mon chemin de Genève à Chavanay pour la mi-octobre.

Et là, à deux jours du départ (encore une fois...), la douleur revient, la cheville enfle de nouveau, accompagnée de fièvre...le bilan : retour de l'infection interne agrémentée par la présence du pas très sympathique staphylocoque doré....

Je ne vous citerai pas les multiples examens et analyses passés depuis. Seule solution proposée par le chirurgien : m'opérer pour "nettoyer", prélever et analyser afin de me donner LE bon antibiotique.

Seulement cette opération, même bénigne, était assez contraignante...3 jours d'hospitalisation, 15 jours sans poser le pied par terre, 2 à 3 mois pour remarcher comme il faut...sans compter les éventuelles (nouvelles) douleurs et le risque d'infection inhérent à toute opération.

J'ai choisi de repousser l'opération, préférant des traitements par antibiotiques dans un premier temps. Après plusieurs essais, les derniers sur 3 semaines, il semble que depuis quelques jours ça aille mieux...

Mais je serai TRES prudent, ne ferai aucun pronostic et ne tiendrai aucun calendrier, quelque peu échaudé après ces 6 mois de galère...

Sachez seulement que l'envie est toujours là, que le Chemin me manque et que j'espère que tout s'arrangera bientôt.

Je voudrais surtout m'excuser auprès des lecteurs de ce blog ou de ma page Facebook pour mon absence depuis mi-octobre, mais, en plus du moral qui n'était pas vraiment là, je n'avais pas envie que mon blog ressemble à un bulletin médical hebdomadaire...

Je remercie aussi celles et ceux qui ont gentiment pris de mes nouvelles pendant cette période, vos messages m'ont beaucoup aidé...

A tous je vous souhaite une très bonne année 2013 avec si possible de la poussière du Chemin sur vos chaussures...A très bientôt, sur ces pages et, je l'espère, sur le Chemin...

Repost 0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 19:58

Ces cinq derniers jours je suis allé à trois reprises faire des étapes de la via Gebennensis, toujours dans le but de me préparer à mon départ ...  

Ces trois sorties n'avaient rien de particulier, vu que j'ai effectué ces étapes à plusieurs reprises, si ce n'est les rencontres que j'ai pu y faire. 

En effet, chaque pèlerin a des anecdotes de rencontres, que ce soit avec des habitants, des hospitaliers ou tout simplement des pèlerins.    

Rencontres ordinaires ou extraordinaires, peu importe...pêle-mêle voici celles de mes trois sorties de cette semaine :

 

Rencontres de non-pèlerins :

 

- un homme d'environ soixante ans qui entraîne ses lévriers sur une partie du Chemin, car "il n'y a pas grand monde" et que "les grandes compétitions approchent".    

- cette dame qui promenait son chien, qui me demande son chemin et qui, après que je l'aie renseignée, finie par repartir dans l'autre sens... :)    

- cet homme encore qui "recense les papillons" dans le parc régional du Pilat...

 

Mais bien sûr des rencontres de pèlerins :

 

- Rahil, une jeune Suisse-Allemande partie de Lucerne pour Compostelle qu'elle pense atteindre début décembre. Assistante maternelle de son métier elle a pu s'arranger pour prendre trois mois de congés et, elle rajoute, "non payés" les gens lui ayant à plusieurs reprises posé la question Une petite heure d'échange où nous avons beaucoup ri, quel dommage qu'elle soit arrivée en fin d'étape alors qu'il me restait encore plusieurs kilomètres à faire...     

-  Deux Zurichois, Martin, âgé de 63 ans et Armin, un "gamin" de 75 ans qui, malgré deux prothèses de hanches, fait ses 20 km par jour..."Parle moi en français !" me gronda-t-il alors que je lui parlais depuis quelques minutes en anglais. Il s'exprimait en effet dans un très bon français et nous avons passé une demi-étape ensemble à deviser de choses diverses et Ô combien enrichissantes. Il était ravi de pouvoir échanger avec un français car sur cette partir du Chemin il n'avait presque croisé que des Allemands ou des Suisses.

20120928_121155b.JPG

Martin (à gauche) et Armin (à droite) 

 

- Enfin je vous ai gardé pour la fin cette rencontre quelque peu...troublante. Il y a trois jours, alors que j'étais sur le retour de mon étape, je ramasse sur le chemin un embout caoutchouc d'un bâton de marche que je mets machinalement dans ma poche. L'orage menaçait et j'avais déjà essuyé plusieurs averses. Voila que je croise un pèlerin, le premier de la journée en fait. En chemisette malgré la température plutôt fraîche et apparemment pas mouillé par les récentes averses, il me dit s'appeler Michel et être Allemand. Récemment blessé à un genou il a du mal à marcher et pense s'arrêter au prochain gîte.

Après avoir échangé quelques minutes il me propose de dire une prière pour moi, ce que j'accepte volontiers. Il pose alors une main sur mon épaule et récite en anglais (pour que je le comprenne) une prière qui dure environ deux minutes.

Je le remercie chaleureusement, nous échangeons les traditionnels "Buen Camino" avant de partir chacun dans notre sens.

J'avais fait seulement quelques pas que je me dis "comme il va s'arrêter au prochain gîte, je vais lui donner l'embout de bâton, des fois qu'il appartienne à un des pèlerins déjà arrivés au gîte et sinon il le jettera".

Je fais alors demi-tour, presse le pas car un virage avait fait que je ne l'apercevais plus. Je passe le virage et là, une grande ligne droite, un pré à gauche, un champ à droite et rien, pas de pèlerin. Je regarde au loin mais impossible qu'il soit allé au bout de la ligne droite. Seul un arbre trône aux abords du champ, personne derrière...Je reste là environ une minute, le cherchant des yeux, me demandant bien où il était passé...

J'ai finalement repris ma route, échappant de justesse à l'orage... 

Quelque soit la distance, la partie du chemin, celui-ci est avant tout un chemin de rencontres, il suffit de savoir regarder, écouter et ouvrir son coeur...

 

Repost 0
20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 21:42

Si vous avez suivi mes derniers articles vous savez déjà que je suis handicapé (temporairement) après une mauvaise chute. Ca dure depuis deux mois maintenant et récemment j'ai choisi de soigner le mal par le mal plutôt que d'accepter une opération, certes bénigne, mais qui allait me bloquer pendant encore plusieurs semaines.

Et comme j'ai toujours en prévision d'effectuer la via Gebennesis au départ de Genève jusqu'à Chavanay d'ici la fin octobre (initialement prévu mi-août puis repoussé à début septembre, puis fin septembre...) je fais tout pour retrouver ma "forme"...

Aujourd'hui j'ai décidé de faire une étape que je connais bien pour l'effectuer pour la 6ème fois, au départ de Chavanay en direction de St Julien Molin Molette.20120920 102118 Mais comme il s'agit d'une randonnée de rééducation je prévois de me limiter à 14 km environ. Il ne faut pas trop forcer la machine et puis cela fait presque deux mois que je n'ai pas marché.

En ce 20 septembre la météo est du côté des pèlerins, très beau temps, pas trop chaud, 13° le matin et 19° au retour. Etant donné que je vous ai déjà détaillé cette étape ici je ne vous répéterai pas les mêmes choses...

Après une petite demi-heure de montée je suis rejoint par un jeune pèlerin de 21 ans, Florian, un Suisse-Allemand, qui vient de la région d'Appenzell. Il a déjà 600 km environ dans les jambes et il lui en reste un peu moins de 1800 à faire...puisqu'il se rend à Saint-Jacques-de-Compostelle. 20120920 111508

Nous effectuons le trajet ensemble, devisant sur nos motivations, ce que le Chemin nous apporte, tant et si bien que nous arrivons à Bessey, 7 km plus loin, sans que le chemin nous ait paru long. 20120920 140411

C'était l'heure de la pause casse-croûte et, si nous en avions manqué, un distributeur automatique de pain était à notre disposition, heureuse intitiative quand on sait que ces petits villages sont maintenant presque sans commerces...20120920 140239

Nous reprenons la route et je tiens compagnie à Florian pendant quelques kilomètres avant de me décider à faire demi-tour. Je lui souhaite un Buen Camino car il a encore plus d'un mois et demi de marche à faire...

Au passage à Bessey je m'arrête chez Carsi, le bar-restaurant-gîte qui est toujours tenu par Agnès et Raphaël. Récemment une pèlerine de passage à Chavanay s'était entendu dire qu'à Bessey il n'y avait pas de gîte ni de possibilité de se restaurer.Questionnant la propriétaire à ce sujet, elle me répond que cela fait plusieurs fois que des pèlerins leur font remonter la même information...simple erreur ou réelle volonté de détourner le pèlerin, souhaitons quand même que certaines pratiques anti-commerciales connues sur d'autres voies ne fassent pas leur apparition par ici...20120920 134456

Je vous confirme donc qu'à Bessey il y à toujours possibilité d'être hébergé, en formule gîte-étape, en roulotte ! En plus vous aurez la possibilité de vous restaurer, le midi comme le soir, et ce pour un prix pèlerin. Et en plus vous pourrez faire apposer un joli tampon sur votre carnet du pèlerin :

001

J'ai ensuite parcouru le chemin qui m'a ramené à Chavanay, en prenant le temps de découvrir une cache de géocaching située sur le chemin de Compostelle, à quelques kilomètres de Bessey.20120920 144539

De retour à Chavanay après avoir parcouru 18 km au lieu des 14 prévus, pas de problème particulier à ma cheville...mais j'attends demain avant de me prononcer et de programmer une nouvelle marche d'entraînement

 

 

Repost 0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 14:44

Avez-vous déjà entendu parler des Joëlettes ? Ce fauteuil, inventé par Joël Claudel, est muni d'une roue unique et de deux brancards qui permettent de transporter une personne à mobilité réduite sur des sentiers et donc sur le chemin de Compostelle. joelette.jpg

  (photo A.R.A. des Amis de Saint-Jacques) 

Chaque année plusieurs manifestations sont organisées permettant à des personnes handicapées et bien entendu grâce à la mobilisation de nombreux bénévoles, de pouvoir elles-aussi goûter au plaisir de parcourir le Chemin.

L'Association Rhône-Alpes des Amis de Saint-Jacques  organise cette année sa 3ème édition des "Joëlettes vers Compostelle".

joelette2.jpg

Le lundi 24 septembre prochain,au départ de Sainte-Foy les Lyon, 9 pèlerins à mobilité réduite et 46 accompagnants prendront la direction de Santiago où il est prévu d’arriver le samedi 6 octobre. Chaque jour le groupe progresse d’environ 150 km en bus et fait 8 à 10 km à pied avec les joëlettes.

L’Itinéraire retenu traverse de très nombreux lieux symboliques du chemin : Le Puy, Conques, Moissac, St Jean Pied de Port, Eunate, Puente la Reina, Burgos, Astorga, la Cruz de Ferro, Le Cebreiro, et après Santiago prolonge jusqu’à Fisterra et Muxia.

Quotidiennement un compte-rendu de l’étape du jour et plusieurs photos seront mis en ligne sur le site internet de l’Association permettant ainsi aux adhérents, familles et amis des participants de suivre cette aventure au jour le jour. Il sera également possible de laisser des messages à destination des participants, messages qui seront relevés chaque matin et lus à l’ensemble du groupe dans le bus.      

Pour en savoir plus, connaître le programme détaillé des étapes, les compte-rendu journaliers ou encore encourager les participants en leur laissant un message, allez sur le site de l’Association Rhône-Alpes des Amis de Saint-Jacques.

Un grand bravo par avance à l'association ainsi qu'à toute l'équipe de bénévoles pour cette belle aventure ! 

 

 

Repost 0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 14:02

Votre passage sur ce blog indique que vous pratiquez ou avez pratiqué la marche, qu'elle qu'en soit la forme. Et parmi les nombreux conseils qu'on a pu vous donner ou que vous avez pu lire, il y en a un qui revient toujours : il faut avoir de bonnes chaussures !

Sauf qu'une fois ce conseil reçu on est pas mieux avancé...car qu'est-ce qu'une "bonne chaussure"? Bien sûr nous éviterons les chaussures bas de gamme à 15 € où nos pieds auront le même confort que dans les sabots de nos anciens.

Et je ne vous ferai pas dans cet article un mode d'emploi pour bien choisir ses chaussures de marche, des dizaines de sites le faisant déjà très bien.Le choix d'une paire de chaussures étant avant tout très personnel. Car à chaque marcheur un pied différent et une manière de marcher différente. Non, une bonne chaussure, c'est une chaussure qui va prendre soin de vos pieds. 

Personnellement après une première paire de chaussures de randonnée dont je ne me souviens plus la marque j'ai opté il y a plus d'un an pour des LOWA RENEGADE. Légères, confortables, un pèlerin au long cours qui avait les mêmes que moi et que j'avais croisé en Haute-Loire les avait qualifiées de "pantoufles". Précisant qu'il était impossible d'avoir des ampoules dans de telles chaussures...

Oui, certainement pour la plupart des gens, mais pas pour moi...

Car je fais partie des gens qui ont les pieds fragiles. Les miens sont très secs et ont tendance à surchauffer rapidement. Et ce même par -10° dans la neige.

Alors j'ai essayé à peu près tout ce qui peut exister, visites chez le podologue, semelles spéciales, confection de semelles orthopédiques, modification à trois reprises des dites semelles, crèmes de toutes sortes et je vous passe toutes les paires de chaussettes, des "double-peau" aux "anti-ampoules". Rien n'y a fait...

Et je me suis alors souvenu de Sylvie la pèlerine qui avait rédigé un bel article intitulé "ode à mes sandales" sur son blog. Après tout, pourquoi ne pas essayer à mon tour ?

Et quelques jours plus tard me voila équipé de mes nouvelles sandales de randonnée, des COLUMBIA RIDGE VENTURE

large columbia ridge venture

Prudent, j'ai commencé par une petite balade de quelques kilomètres, le temps de m'y habituer et de bien les ajuster. Et puis vint le jour de ma première journée de marche, 22 km sur une étape que je connaissais bien du chemin de Saint Jacques.

Mon ressenti à l'issue de cette première journée ? Comme dit dans le titre de cet article : le pied !!

Pas de surchauffe ! Pas d'ampoules ! Et cette sensation de "sentir" le chemin, d'avoir le pied léger...

Le matin, dans l'herbe fraîche, mes orteils tutoient les gouttes de rosée et l'après-midi se désaltèrent au premier ruisseau rencontré.

Car le gros avantage est que si l'on a marché dans la boue il est très facile de se nettoyer et sans enlever ses chaussures. La preuve par l'image :  

  12-06-26 Chavanay - Le Viallon 00212-06-26 Chavanay - Le Viallon 004

Ensuite ça fait "floc floc" pendant une vingtaine de pas et ça sèche très rapidement.

Il y a quand même, non pas des inconvénients, mais plutôt des précautions à prendre. Le pied et surtout la cheville n'étant pas tenus comme dans une chaussure fermée il est indispensable de s'aider de deux bâtons de marche. De plus on pensera à mieux regarder où l'on pose les pieds et il faudra apporter un soin encore plus particulier à ses pieds notamment au retour d'une journée de marche.

Enfin on a cette sensation que le pied épouse le sol, dernière étape sans doute avant de marcher pieds nus (je vous en parlerai dans un prochain article). 

Depuis je suis devenu un inconditionnel des sandales et je m'aperçois que je suis loin d'être le seul ! Et que la plupart des adeptes de ce type de chaussures de randonnée avaient au départ les mêmes problèmes que moi. Comme quoi, pour chaque problème on trouve toujours une solution. Encore merci Sylvie !!! 

Pour finir sur une note humoristique, si vous marchez en sandales, vous aurez alors la joie de vous démarquer des "pieds fermés" par un superbe bronzage rayé plutôt que le banal bronzage "cycliste"

12-07-27 Sylvie la pèlerine 07b

Avec un peu d'expérience vous pourrez même reconnaître la marque des chaussures par le bronzage comme le montre la photo ci-dessus (en haut le bronzage TEVA et en bas le bronzage COLUMBIA RIDGE VENTURE) !

Alors, et vous, avez-vous déjà essayé de marcher en sandales de randonnée ?

Repost 0