Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mon Chemin vers Compostelle
  • Mon Chemin vers Compostelle
  • : la préparation de mon futur pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle mais aussi diverses informations sur la voie Genève - Le Puy (via Gebennensis).
  • Contact

Recherche

Suivez-moi sur...

logo twitter   facebook
 
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 19:58

Ces cinq derniers jours je suis allé à trois reprises faire des étapes de la via Gebennensis, toujours dans le but de me préparer à mon départ ...  

Ces trois sorties n'avaient rien de particulier, vu que j'ai effectué ces étapes à plusieurs reprises, si ce n'est les rencontres que j'ai pu y faire. 

En effet, chaque pèlerin a des anecdotes de rencontres, que ce soit avec des habitants, des hospitaliers ou tout simplement des pèlerins.    

Rencontres ordinaires ou extraordinaires, peu importe...pêle-mêle voici celles de mes trois sorties de cette semaine :

 

Rencontres de non-pèlerins :

 

- un homme d'environ soixante ans qui entraîne ses lévriers sur une partie du Chemin, car "il n'y a pas grand monde" et que "les grandes compétitions approchent".    

- cette dame qui promenait son chien, qui me demande son chemin et qui, après que je l'aie renseignée, finie par repartir dans l'autre sens... :)    

- cet homme encore qui "recense les papillons" dans le parc régional du Pilat...

 

Mais bien sûr des rencontres de pèlerins :

 

- Rahil, une jeune Suisse-Allemande partie de Lucerne pour Compostelle qu'elle pense atteindre début décembre. Assistante maternelle de son métier elle a pu s'arranger pour prendre trois mois de congés et, elle rajoute, "non payés" les gens lui ayant à plusieurs reprises posé la question Une petite heure d'échange où nous avons beaucoup ri, quel dommage qu'elle soit arrivée en fin d'étape alors qu'il me restait encore plusieurs kilomètres à faire...     

-  Deux Zurichois, Martin, âgé de 63 ans et Armin, un "gamin" de 75 ans qui, malgré deux prothèses de hanches, fait ses 20 km par jour..."Parle moi en français !" me gronda-t-il alors que je lui parlais depuis quelques minutes en anglais. Il s'exprimait en effet dans un très bon français et nous avons passé une demi-étape ensemble à deviser de choses diverses et Ô combien enrichissantes. Il était ravi de pouvoir échanger avec un français car sur cette partir du Chemin il n'avait presque croisé que des Allemands ou des Suisses.

20120928_121155b.JPG

Martin (à gauche) et Armin (à droite) 

 

- Enfin je vous ai gardé pour la fin cette rencontre quelque peu...troublante. Il y a trois jours, alors que j'étais sur le retour de mon étape, je ramasse sur le chemin un embout caoutchouc d'un bâton de marche que je mets machinalement dans ma poche. L'orage menaçait et j'avais déjà essuyé plusieurs averses. Voila que je croise un pèlerin, le premier de la journée en fait. En chemisette malgré la température plutôt fraîche et apparemment pas mouillé par les récentes averses, il me dit s'appeler Michel et être Allemand. Récemment blessé à un genou il a du mal à marcher et pense s'arrêter au prochain gîte.

Après avoir échangé quelques minutes il me propose de dire une prière pour moi, ce que j'accepte volontiers. Il pose alors une main sur mon épaule et récite en anglais (pour que je le comprenne) une prière qui dure environ deux minutes.

Je le remercie chaleureusement, nous échangeons les traditionnels "Buen Camino" avant de partir chacun dans notre sens.

J'avais fait seulement quelques pas que je me dis "comme il va s'arrêter au prochain gîte, je vais lui donner l'embout de bâton, des fois qu'il appartienne à un des pèlerins déjà arrivés au gîte et sinon il le jettera".

Je fais alors demi-tour, presse le pas car un virage avait fait que je ne l'apercevais plus. Je passe le virage et là, une grande ligne droite, un pré à gauche, un champ à droite et rien, pas de pèlerin. Je regarde au loin mais impossible qu'il soit allé au bout de la ligne droite. Seul un arbre trône aux abords du champ, personne derrière...Je reste là environ une minute, le cherchant des yeux, me demandant bien où il était passé...

J'ai finalement repris ma route, échappant de justesse à l'orage... 

Quelque soit la distance, la partie du chemin, celui-ci est avant tout un chemin de rencontres, il suffit de savoir regarder, écouter et ouvrir son coeur...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires