Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mon Chemin vers Compostelle
  • Mon Chemin vers Compostelle
  • : la préparation de mon futur pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle mais aussi diverses informations sur la voie Genève - Le Puy (via Gebennensis).
  • Contact

Recherche

Suivez-moi sur...

logo twitter   facebook
 
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 15:40

Voila déjà quelques semaines que je n'ai pas écrit d'article sur mon blog. Et ce pour une simple raison, cela fait déjà un mois que je suis privé de chemin...à cause d'une blessure tout ce qu'il y a de plus bête.

Dans mon dernier article je vous racontais comment j'avais accueilli Sylvie la pèlerine pendant qu'elle effectuait son chemin entre Genève et Conques. J'avais choisi, puisqu'elle prenait une journée de "repos" chez moi, de lui faire visiter le parc régional du Pilat et nous avions passé la journée à marcher sur des chemins de montagne très caillouteux, beaucoup plus que ne l'est le GR65.

Tous les deux chaussés de sandales de marche, aidés par des bâtons indispensables, nous avions été prudents et n'avions pas chuté de la journée !

C'est le soir, tout bêtement, qu'en sortant de ma douche j'ai glissé et me suis violemment cogné la cheville au niveau de la malléole interne. Choc très douloureux avec une petite éraflure insignifiante accompagnée d'une belle bosse que j'ai essayé de faire dégonfler avec des glaçons.

Deux jours plus tard la douleur commençait à s'estomper alors que mon pied prenait une belle couleur bleue et que l'oedème était en train de dégonfler. Cette évolution ainsi que le départ de Sylvie qui continuait son chemin m'ont donné envie d'avancer de quelques semaines mon départ pour Genève.

Pourquoi Genève ? Si vous avez tout suivi de mes étapes, j'ai déjà effectué le trajet aller-retour entre Les Abrets et le Puy en Velay (230 km x 2) et il me reste donc la partie Genève - Les Abrets à découvrir (130 km).

Afin de préparer au mieux mon grand départ pour Compostelle début 2013 j'ai donc décidé d'aller en train jusqu'à Genève et d'effectuer le chemin de saint Jacques de Genève à Chavanay, près de chez moi, soit environ 240 km.

Et hop ! un matin au saut du lit je me dis que je pars le lendemain pour Genève ! Me voila donc à préparer mon sac que je n'ai eu de cesse de faire et défaire ces derniers temps. Préparation logistique aussi (vider le frigo de ce qui risque de se périmer pendant mes deux semaines d'absence, etc.) et en début d'après-midi j'étais fin prêt !

Et c'est là que j'ai commencé à avoir mal à ma cheville... une douleur intense autour de la malléole...qui a augmenté la nuit suivante, m'obligeant à différer mon départ. Je vous résume la suite, médecin, puis urgences, radio (rien de cassé ouf !) mais une grosse infection interne que je dois soigner avec une couverture de 3 antibiotiques...durs à supporter.

L'infection passe petit à petit mais la cicatrisation de cette plaie qui me paraissait bénigne se fait très très longue...au point que plus d'un mois après elle n'est toujours pas terminée et ma cheville encore bien douloureuse...

Mais le pire est que mon moral était tombé à peu près au niveau de ma cheville...privé que j'étais de me lancer sur ce chemin. Dur de reprendre confiance alors que j'étais déjà parti dans ma tête...heureusement certaines de mes amies ont su trouver les mots pour me remotiver...

Il me suffit seulement d'attendre d'être complètement rétabli. J'espère pouvoir envisager un départ de Genève dans la deuxième quinzaine de septembre...et jusque là je suis très très prudent en sortant de ma douche...et en y entrant aussi d'ailleurs ;)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sylvie la pèlerine 28/08/2012 07:24

Que je suis heureuse de revoir de la vie sur ce blog ! J'imagine bien ton immense déception, le sac sur le dos et la blessure qui gâche tout... Mais cet article plein d'espoir et de sagesse me fait
vraiment plaisir à lire.

Sur le Chemin de Saint Jacques (où tu es déjà dans ta tête), rien n'arrive par hasard... Que veut nous enseigner cette cheville ? La prudence ? La persévérence ? Une peur à éliminer ? As-tu quelque
chose à "boucler" à la maison avant le départ ? Toi seul le sait...

Le plus important est de mettre à profit le temps qui te sépare de ton départ (que nous attendons avec impatience !!!) pour faire le nécessaire afin que ce genre de mésaventure n'arrive plus.
Partir en paix avec soi et les autres, c'est indispensable pour un chemin serein et sans embûches.

Bon courage et vivement le prochain article sur ce blog !

isabelle 27/08/2012 18:05

bonjour,
il faut toujours voir pire mais peut-être n'était-ce pas le moment de partir!
retarder le départ n'est pas si dramatique? autant avoir les problèmes avant pour mieux partir? et il fera moins chaud en septembre....
bonne continuation et à une prochaine

Christian 27/08/2012 18:59



Bonjour Isabelle,


Oui tu as tout à fait raison et sur tous les points. C'est d'ailleurs exactement ce que je me suis répété mais ça n'a pas empêché ma déception, maintenant oubliée ;)


A bientôt,


Christian